Le groupe Bouygues se dit serein face à l'arrivée imminente de Free Mobile


Nos confrères des Echos ont pu s'entretenir avec Martin Bouygues, PDG du groupe du même nom, au sujet de l'arrivée prochaine d'un quatrième opérateur mobile dans l'hexagone.

Le dirigeant affirme que Bouygues Telecom est prêt et ne tremble pas face à cet événement, l'entreprise ayant toujours connu la concurrence et n'ayant pas bénéficié d'aides lors du lancement de leur propre offre en 1996, comme par exemple d'accord de roaming comme c'est le cas aujourd'hui pour Free Mobile avec Orange. Martin Bouygues rappelle que sa filiale telecom ne couvrait à l'époque que la région parisienne et s'était vu imposer la norme GSM 1800 MHz (alors que ses concurrents utilisaient la norme GSM 900 MHz). Peu de matériel et un seul terminal étaient alors compatible avec cette fréquence !

Martin Bouygues en vient ensuite à donner son point de vue sur les conséquences de l'arrivée d'un nouvel opérateur : "Je constate que, partout en Europe, l'heure est plus à la consolidation qu'à la création de nouveaux opérateurs dans le marché des télécoms mobiles. La France a fait un choix.
J'avais dit que ce choix aurait un coût social et financier. Nous y sommes. La baisse de rentabilité des opérateurs va affecter les recettes fiscales de l'Etat. Le manque à gagner sera de 1 milliard d'euros par an. Et en termes d'emplois, le quatrième opérateur va en créer très peu tandis que les trois autres vont devoir ajuster leurs coûts. Chez Bouygues Telecom, nous nous y sommes préparés en diminuant nos coûts."



Il précise que commercialement parlant il n'est pas non plus inquiet car Bouygues Telecom a été le premier opérateur à réagir dans le mobile en lançant avec succès il y a déjà 6 mois l'offre "low cost" B&YOU (uniquement sur Internet, sans subenvetion et sans engagement), celle-ci sachant s'adapter rapidement aux demandes de ses clients et à toute nouvelle condition du marché. Martin Bouygues rappelle au passage les performances excellentes en terme de croissance nette de son offre Bbox avec 311.000 nouveaux clients acquis sur les neuf premiers mois de l'année, notamment grâce à Ideo, la célèbre formule quadruple play. Aujourd'hui Bouygues Telecom est challenger et compte le rester grâce au lancement prochain de nouvelles box (Fibre et ADSL).

Dans une lettre adressée par mail aux ses salariés, Olivier Roussat, Directeur général de Bouygues Telecom, confirme que c'est bien l'offre B&YOU qui sert et servira de cheval de bataille face à Free Mobile : "Depuis plus de deux ans, nous anticipons l’arrivée d’un quatrième opérateur mobile : tous les jalons ont été posés, à la fois en interne pour favoriser des modes de travail plus agiles, et en externe avec les lancements successifs de B&YOU et de la gamme simplifiée Eden. B&YOU, marque 100 % web, marche clairement sur les codes de Free issus du monde de l’internet. En s’adressant à un internaute autonome, elle sera donc le principal challenger du futur entrant, et inaugure un nouveau modèle d’offres sans téléphone subventionné et sans engagement.
[…] De son côté, B&YOU a été conçue pour s’ajuster rapidement. Depuis son lancement en juillet, l’offre a déjà évolué à trois reprises : chaque fois, elle a écouté ses clients internautes et vient encore de les satisfaire, fin novembre, avec l’étalement sans frais du paiement des mobiles. Grâce à sa structure très agile, elle sera prête à bouger de nouveau. C’est elle qui s’adaptera aux évolutions tarifaires de Free, le moment venu."



Bouygues Telecom semble donc prêt à faire face aux annonces imminentes de Free Mobile et adaptera très certainement ses offres B&YOU et Eden en rapport. Comme dans d'autres pays, il aura donc fallu l'arrivée d'un quatrième opérateur pour relancer une concurrence dynamique et saine, le consommateur étant à chaque fois sorti le grand gagnant de ces batailles commerciales.

Sources : Les Echos & Univers Freebox.

Mis à jour le