Avant l'arrivée de Free Mobile, la France était déjà parmi les pays les moins chers


Les Echos relatait hier soir les résultats d'une étude de l'OFCOM, l'équivalent britannique de l'ARCEP, selon laquelle la France était déjà "le deuxième pays dans lequel les prix du mobile sont les moins chers parmi six grands pays occidentaux" et ce, avant même l'arrivée de Free Mobile.

Le quotidien économique relève au passage que l'OCDE et la Commission européenne n'arrivaient pas à la même conclusion suite à leurs propres travaux mais rappelle malgré tout que l'OFCOM est cependant connu pour son sérieux.


La fameuse étude britannique, publiée en décembre 2011, avait défini neufs profils d'utilisateurs en fonction de leur utilisation de services mobiles et comparait ensuite les prix de ces services dans 6 pays : Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Espagne et Etats-Unis, soit un total de 3.475 tarifs analysés !

Il en ressort que le pays le moins cher était la Grande-Bretagne. En seconde position se trouvait la France puis en troisième position sur le podium, l'Italie. A titre d'exemple, pour une consommation de 2h d'appels et 160 SMS par mois, les prix français étaient 40 % moins chers en France qu'en Allemagne. Ce chiffre étant de 35 % pour une utilisation plus intense : 9h d'appels, 150 SMS, forfait data de 1 Go avec subventionnement d'un smartphone haut de gamme, toujours entre ces deux pays. Le différentiel était beaucoup moins important pour les offres destinées aux petits consommateurs. Comme le fait remarquer Les Echos, "Voilà qui est contraire aux idées reçues et qui alimente la colère des dirigeants des opérateurs mobiles français, accusés par Xavier Niel, le fondateur de Free, de -presser le citron des consommateurs- et de prendre ces derniers pour des -pigeons-".

L'étude de l'OFCOM constatait même "qu'en faisant la somme des prix payés par les neuf types de consommateurs, les tarifs pratiqués en France baissaient fortement avant même l'arrivée sur le marché de Free". Selon le régulateur "les prix auraient diminué de 15 % entre juillet 2010 et juillet 2011, date à laquelle l'étude a été réalisée".


L'ARCEP relevait également des baisses dans ses travaux en 2010, de 11,2 % en quatre ans en France et de 3,4 % en 2010 et que cette baisse s'était accélérée.

Moins étonnant, la seconde conclusion de l'OFCOM est que l'Hexagone est le pays le moins cher en terme d'offres haut-débit avec la Grande-Bretagne et que "la concurrence est particulièrement intense entre l'opérateur historique France Télécom Orange, SFR et Free". Les offres d'accès à Internet par ADSL sont deux fois moins chères en France qu'en Italie et qu'en Allemagne et trois fois moins chères qu'en Espagne.

Pour télécharger l'étude complète, cliquez ici (PDF).

Source : Les Echos.
Created on