Bouygues Telecom sur le point de vendre 2.300 pylônes de mobile ?


Les antennes de téléphonie mobile sont installées sur ce que l'on appelle des points hauts : pylônes ou toits de bâtiments.

Suite à l'arrivée de Free Mobile, les opérateurs historiques songent à mutualiser leurs équipements afin de réaliser des économies d'échelle. Orange a d'ailleurs proposé à deux reprises à ses concurrents un tel rapprochement (voir ici), pour le moment resté sans réponse, du moins officielle. Bouygues Telecom et SFR songeraient également à s'allier pour mutualiser leurs infrastructures en zones rurales (voir notre article) en vendant à eux deux 8.000 sites à TDF (TéléDiffusion de France).


La tendance semble donc bien s'imposer aujourd'hui avec l'information que dévoile Les Echos sur son site. En effet, Bouygues Telecom serait sur le point de vendre 2.300 de ses pylônes avec leurs antennes et équipements à Antin Infrastructure Partners, un fonds d'investissement appartenant à BNP Paribas, pour un montant de 200 millions d'euros.

D'après l'agence Bloomberg, la transaction pourrait être annoncée officiellement dans les prochaines semaines.

L'opérateur nous a confirmé cette information en nous précisant que le but premier de cette vente est de dégager des fonds afin d'augmenter ses investissements dans le THD (Très Haut Débit) fixe et mobile. Cela n'aura aucune incidence sur la qualité du service, car Bouygues Telecom continuera à utiliser ces pylônes en les louant à son nouveau propriétaire.

Cette opération était déjà connue du marché car annoncée lors des derniers résultats trimestriels. C'est une méthode d'autant plus courante que de très nombreuses opérations de ce genre ont été réalisées par des opérateurs étrangers dans l'année écoulée.


Pour information, Bouygues Telecom dispose de 17.000 points hauts dont 2.000 "n'ont aucune justification financière" d'après Olivier Roussat, son Directeur général (zones rurales), 6.700 équipés de la 3G (ce dernier chiffre datant de février 2010) et 3.100 sites déjà loués à TDF.

Rappelons que l'opérateur a récemment lancé un vaste plan d'économies de 300 millions d'euros (voir notre article) ainsi que de départs volontaires touchant 556 collaborateurs (voir ici) afin de faire face à la baisse de son chiffre d'affaires (- 7 %) et de son excédent brut d'exploitation (- 30 %).

Source : Les Echos.

Mis à jour le