Les opérateurs confrontés à une arnaque sur les mobiles subventionnés


Les Echos relate une fraude à laquelle les opérateurs pratiquant la subvention de mobiles (Bouygues Telecom, Orange et SFR) sont confrontés depuis de nombreux mois : "Elle consiste à acheter à moindre coût un smartphone haut de gamme subventionné par un opérateur contre la promesse d'un engagement de 24 mois... avant de partir illico presto chez un autre pour y souscrire une offre SIM-only bien moins chère. Pour un iPhone 5 à 679 euros sans subvention, qui passe à 199 euros avec un engagement de deux ans à 69 euros, l'arnaque peut valoir la chandelle !".


Le quotidien rappelle qu'évidemment ce procédé est illégal, d'autant que certains clients n'hésitent pas à mentir sur leur identité ou clôturent leur compte bancaire une fois le mobile commandé en leur possession, "il s'agit de monsieur Tout-le-Monde qui veut un iPhone ou un Galaxy à moindre prix", explique une source anonyme.


La Fédération française des Télécoms confirme le phénomème : "Nous enregistrons une recrudescence de ce type d'agissements". Même si les opérateurs ne souhaitent pas communiquer sur le sujet pour ne pas donner de mauvaises idées à certains car il est quasi-impossible d'envoyer des huissieurs à travers toute la France pour récupérer des montants de quelques centaines d'euros, il semblerait que l'arnaque concernerait plus de 100.000 cas depuis janvier 2012, d'après l'estimation faite par un opérateur virtuel, également touché.

Jusqu'à 15 % des ventes de certaines gammes de smartphones seraient délictueuses d'après Les Echos, un cadre d'un opérateur précise que "Tout dépend de l'importance de la subvention, c'est-à-dire de la différence entre le prix du téléphone nu et celui du téléphone attaché à un forfait".


Les autorités, dont la DGCCRF, ont été alertées et ont pris en charge ce dossier. En attendant, les opérateurs sont obligés d'augmenter les contrôles : "Orange prend systématiquement l'empreinte de la Carte Bleue des nouveaux abonnés. Et fin juillet, SFR a mis en place un système dit d'offre de remboursement. Même si le prix facial de l'iPhone 5 est de 189 euros, l'acquéreur doit effectuer un premier paiement de 339 euros et se fait rembourser 150 euros par SFR au cours des deux mois suivants. Il s'agit de créer une barrière économique à l'entrée pour dissuader les fraudeurs. De son côté, Bouygues Telecom hésite encore sur la marche à suivre" dixit Les Echos.


Les causes de ces fraudes seraient notamment dues au développement des offres low cost sans engagement, la banalisation des prises de commande sur Internet où les contrôles sont moins aisés, le prix élevé des smartphones en pleine crise économique et le fait que Free Mobile ne fait pas encore partie de Preventel. "Ce groupement d'intérêt économique (GIE) rassemble une dizaine d'opérateurs et gère une immense base de données, celle des impayés. Si le client d'un opérateur n'honore plus ses factures, il est fiché et ne peut plus aller chez un concurrent... à condition évidemment que celui-ci soit adhérent de Preventel" explique le quotidien économique.

Source : Les Echos.
Created on