Olivier Roussat de Bouygues Telecom parle de la 4G sur France Info


Olivier Roussat, Directeur général de Bouygues Telecom était reçu sur France Info le 5 avril dernier dans l'émission "Patron, chef d'entreprise" et a été interrogé par Olivier de Lagarde et Florent Guyotat, principalement au sujet de la 4G.

Un an après l'arrivée de Free Mobile, le nombre de clients reste sensiblement équivalent mais avec un revenu par abonné qui a baissé et a occasionné les pertes enregistrées sur le dernier bilan (14 millions d'euros), d'où la mise en place d'une stratégie de baisse de coûts initiée dès mars 2012. A la question d'une possible exagération des prix que l'on a reprochée aux opérateurs historiques, Olivier Roussat a rappelé que le montant des abonnements ne comprend pas uniquement le coût réel du service proposé mais également une partie permettant de financer les investissements nécessaires dans les infrastructures. Free bénéficiant d'un contrat d'itinérance lui permettant d'utiliser le réseau mobile d'Orange, n'a donc qu'une partie moindre du montant des abonnements à réinvestir. Cet état de fait évoluera évidement à l'avenir l'itinérance prendra fin en 2018.

Olivier Roussat a déclaré que Bouygues Telecom investit chaque année 750 millions d'euros dans ses réseaux. La poursuite d'un tel financement, notamment pour le développement de la 4G, imposera à l'opérateur de facturer quelques euros de plus les abonnements permettant l'accès au très haut débit mobile. Il est revenu sur le plan d'économie initié l'année dernière comprenant un plan de départ volontaire de 556 postes ou encore la vente de pylônes pour obtenir de la trésorerie. L'entreprise est en pleine transformation, qui se poursuit en 2013 avec la poursuite d'adaptation des modes de distribution pour en réduire leurs coûts, augmenter le taux de ventes réalisées directement sur Internet et via le réseau Club Bouygues Telecom. Le but étant donc de réduire le nombre de canaux physiques, sans toucher aux emplois au sein du groupe. Les réseaux de distribution externes seront par contre impactés.


Le Directeur général de Bouygues Telecom a expliqué les avantages que permettra l'arrivée de la 4G : débits supérieurs à ceux obtenus avec une box ADSL à son domicile, arrivée de nouveaux services, un upload (téléchargement montant de votre mobile vers Internet) beaucoup plus rapide, etc... Olivier Roussat annonce un ordre de grandeur de 5 à 10 € quant aux montants des futurs forfaits 4G, avec ou sans subventionnement, sans compter qu'il faudra disposer d'un smartphone compatible avec cette norme.

Le lancement commercial des offres 4G se fera très prochainement à Lille, Lyon, Douai, Toulouse, etc... [NDLR : Strasbourg, Issy-les-Moulineaux, Vanves ou Biarritz] en utilisant les fréquences 2.600 MHz et au 1er octobre, date à laquelle l'utilisation des fréquences 1.800 MHz sera possible, Bouygues Telecom devrait couvrir environ 40 % de la population (grandes villes et leur périphérie).


Questionné sur les plaintes de ses concurrents quant à l'autorisation qui a été donnée par l'ARCEP de réutiliser la bande de fréquences 2G pour la 4G, Olivier Roussat a rappelé que Bouygues Telecom a acheté comme ses confrères des licences 4G (2.600 et 800 MHz) en 2011 pour un montant de 924 millions d'euros, SFR et Orange ayant de leur côté dépensé chacun environ 1 milliard d'euros et enfin Free entre 200 et 300 millions d'euros. Le montant de cette licence ramené au nombre d'abonnés fait que Bouygues Telecom a payé beaucoup plus qu'Orange et SFR. La volonté de pouvoir réutiliser les fréquences 1.800 MHz était connu par tous depuis début 2010 et officialisé par l'ARCEP en juillet, bien avant la mise en vente des fréquences 4G par l'Etat. Bouygues Telecom n'a donc pas pris ses concurrents par surprise contrairement à ce qu'ils laissent penser aujourd'hui.

Olivier Roussat estime que Bouygues Telecom a accéléré le déploiement de la 4G par ses concurrents suite à l'ouverture de tests grandeur nature sur l'agglomération de Lyon en mars 2012, Orange et SFR ayant aussitôt lancé les mêmes expérimentations dans la foulée.

Vous pouvez retrouver l'intégralité de cet entretien dans la vidéo en bas de cet article.

Source : France Info.

Created on