Didier Casas de Bouygues Telecom : ''Gagner le pari de la 4G !''


Didier Casas, Secrétaire général de Bouygues Telecom, s'est exprimé dans les colonnes du dixième numéro du trimestriel "Les Cahiers de l'ARCEP" afin de donner sa vision du marché de la 4G. Nous vous en proposons ci-dessous la retranscription complète.


Lancée à l'initiative de TeliaSonera dès la fin de l'année 2009, la 4G a séduit près de 83 millions de clients, dont la très grande majorité se situe aux Etats-Unis (46 millions d'abonnés) et en Asie du sud-est (37 millions d'abonnés). Avec un million de clients, l'Europe ferme la marche. Et même si les annonces se sont multipliées ces derniers mois, le très haut débit mobile n'y a pas encore rencontré le succès escompté. Il est aujourd'hui possible, avec quelques années de recul, d'analyser les principaux lancements des offres 4G dans le monde, pour déterminer les clefs de leur réussite.


Les clefs du succès

La possibilité d'offrir une couver ture nationale apparaît, tout d'abord, être un élément déterminant. Les dif ficultés d'Everything Everywhere, pourtant seul opérateur britannique à proposer une offre 4G, s'expliquent, pour partie, par une couverture du territoire encore limitée. La modestie de ses objectifs commerciaux (4 % de sa base mobile fin 2013) contraste fortement avec ceux des opérateurs sudcoréens dont les services, proposés en moins d'un an sur l'ensemble du territoire, ont séduit plusieurs dizaines de millions de clients. A ce titre, on ne peut que saluer la décision de l'ARCEP qui, en levant les restrictions d'usage dans la bande 1 800 MHz en France, contribuera à accélérer la couverture du territoire en incitant l'ensemble des opérateurs à optimiser l'exploitation de leur autorisation.

La disponibilité d'une gamme complète de terminaux constitue un deuxième préalable au succès de la 4G. En Europe, en 2009 et début 2010, l'absence de smartphones compatibles avec la 4G limitait cette technologie au marché de niche de la data mobile, destinée à une clientèle professionnelle. A l'inverse, les opérateurs coréens (et notamment LG U+, filiale du groupe LG) ont proposé, dès son lancement, une gamme riche de plus de 30 terminaux, lui garantissant un succès commercial très rapide. Les opérateurs français pourront, quant à eux, s'appuyer sur un catalogue de terminaux accessibles à tous les types de clients. A l'image de Bouygues Telecom, certains d'entre eux ont lancé des gammes sous leur propre marque, démocratisant ainsi l'accès à la 4G.


Certaines politiques commerciales peuvent également inhiber le développement de la 4G. Là encore, l'exemple britannique est éclairant. Everything Everywhere a en effet dû faire face à la stratégie très agressive d'un de ses concurrents. Three UK a détourné une par tie des clients de la 4G en brouillant leur perception avec le lancement d'un forfait 3G illimité (sans fair use) à l'internet mobile pour 15 euros par mois. Le décollage du très haut débit mobile, ainsi que la création de valeur sur le marché des télécommunications britanniques, s'en est trouvé retardé.

L'existence d'un écosystème de services complet et diversifié pour stimuler les usages constitue, enfin, le dernier préalable au développement de la 4G. Un rapide retour historique le montre aisément. Si l'ouverture commerciale de la 3G date du tout début des années 2000, il aura fallu attendre le lancement de l'iPhone et celui de l'App Store en 2008, pour qu'elle rencontre son public et entraîne le décollage de la consommation mobile de data et, en retour, le développement de services mobiles innovants et attractifs. Souvenons-nous que les premières "promesses" commerciales des services 3G tenaient, notamment, à la visiophonie, alors que ce sont les services de géolocalisation, les réseaux sociaux, le streaming de contenus audiovisuels et bien sûr, l'internet mobile, qui ont le plus bénéficié du haut débit mobile.

Dès lors, on peut se demander quelle sera la "killer app" de la 4G... Il n'est pas facile de répondre à cette question tant les spécialistes de la prospective savent que "l'innovation vient des marges" mais aussi des usages, comme l'a montré le succès d'applications comme Twitter, Instagram ou Vine (retouche et partage mobile de vidéos). Les qualités techniques intrinsèques de la 4G, les évolutions récentes des usages et les comparaisons internationales permettent toutefois d'esquisser certaines pistes.


Les usages et innovations

L'augmentation des débits rendue possible par la 4G, couplée au succès des tablettes (dont les ventes, pour la première fois, viennent de dépasser celles des ordinateurs), va contribuer au développement de la consommation de flux vidéo en haute définition. Aux Etats-Unis, l'offre de vidéo à la demande de Netflix, largement déclinée sur terminaux mobiles, est désormais un élément central dans le succès des forfaits 4G de Verizon.

De plus, les temps de latence très faibles vont soutenir la croissance du jeu multi-joueurs mobiles et des services de visioconférence. Ces derniers devraient d'ailleurs s'ouvrir à un public plus large dans la mesure où la 4G permettra de garantir une qualité et une fluidité de communication encore inédites. Dans la sphère professionnelle, la 4G contribuera au développement de nouveaux services prometteurs, notamment dans le domaine de la télémédecine et de la téléprésence.

Mais la principale innovation de rupture de la 4G tient sans doute à l'augmentation des débits montants (upload), qui va replacer l'utilisateur au coeur de son réseau de communication. Loin de se contenter de consommer des données mobiles, il pourra en émettre beaucoup plus facilement pour sauvegarder et partager ses contenus personnels dans son cloud ou bien vers ses réseaux sociaux. Les caméras embarquées miniaturisées et autres capteurs se multiplient dans notre environnement et le "personnal broadcasting" pourrait être un des usages phares de la 4G dans les prochaines années.

Retrouvez de nombreuses autres interventions et autant de points de vue différents dans "Les Cahiers de l'ARCEP" (Numéro 10), téléchargeable gratuitement en cliquant ici (PDF).

Source : ARCEP.
Created on