Couverture des zones peu denses en 4G : Bouygues Telecom mis en demeure


Dans un communiqué de presse publié aujourd'hui concernant la couverture mobile des zones peu denses, l'ARCEP met en demeure par anticipation Bouygues Telecom et SFR de respecter leur prochaine échéance de déploiement 4G dans la bande 800 MHz.


Le gendarme des télécoms rappelle que Bouygues Telecom, Orange et SFR sont tenus, au titre de leurs autorisations 4G, d'assurer la couverture de 40 % de la population des zones peu denses (ou "zones de déploiement prioritaire") d'ici le 17 janvier 2017. Au 1er janvier 2016, Bouygues Telecom et SFR déclaraient respectivement couvrir seulement 12 % et 8 % de la population de cette zone, alors qu'Orange couvrait quant à lui près de 33 % de cette même zone. Dès lors, ces deux opérateurs ont été mis en demeure de respecter leur échéance du 17 janvier 2017. L'ARCEP s'assurera du respect par les trois opérateurs de leur obligation.


Bouygues Telecom n'a pas tardé à réagir à cette annonce

Bouygues Telecom prend acte du communiqué de presse publié par l'ARCEP concernant la couverture mobile des territoires, notamment pour ce qui concerne la décision du régulateur d'instaurer une mise en demeure anticipée des déploiements 4G de Bouygues Telecom.

Pour deux raisons, Bouygues Telecom tient à dire son étonnement devant le lancement de cette procédure publique dont le seul effet est d'accroître inutilement l'inquiétude des populations concernées.


En premier lieu, Bouygues Telecom couvre en 4G, avec d'autres fréquences que les fréquences 800 MHz, une large partie des zones de déploiement prioritaire, ce que l'ARCEP omet de préciser, laissant ainsi entendre de façon inexacte que la couverture 4G de Bouygues Telecom serait déficiente.

En second lieu, Bouygues Telecom ne voit aucune raison de penser, une année à l'avance, que les jalons de couverture sur lesquels il s'est engagé pour les fréquences 800 MHz ne seront pas respectés. Bouygues Telecom a l'obligation de couvrir 40 % de la zone de déploiement prioritaire en fréquences 800 MHz d'ici janvier 2017. Comparé au niveau actuel de ses déploiements, et traduit en termes réels, la couverture mobile restant à réaliser par Bouygues Telecom porte sur environ 6 % de la population nationale, soit la construction de 1.200 antennes relais en une année. Comme le régulateur le sait, cet effort est largement à la portée de Bouygues Telecom d'autant qu'il sera réparti dans le cadre de l'accord de partage de réseau.

Bouygues Telecom relève que cet effort d'investissement est d'ailleurs globalement comparable à celui qui devra être réalisé par un autre opérateur pour respecter le jalon de couverture 3G sur lequel il s'est engagé pour janvier 2018.

Sources : ARCEP & Bouygues Telecom.

Created on