Apple TV : le marketing suffira-t-il ?

Apple nous a habitué ces dernières années à sortir des produits de grande qualité poussés par un marketing très puissant, capable d'hypnotiser un large public pressé d'ouvrir (largement) le portefeuille afin de posséder un des gadgets estampillés de la pomme. Depuis l'extension de la marque vers les produits high-tech périphériques à l'informatique, à commencer par les iPods, peu d'échecs sont à déplorer. Il faut avouer : les produits sont bons. Pas forcément par le "hardware", mais par l'expérience utilisateur, par le plaisir à toucher, le plaisir à posséder. Un subtil mélange de marketing et de génie ergonomique. Et évidemment une grande clairvoyance sur le potentiel des marchés à conquérir. On ne compte donc plus les succès, en commençant par les iPods, iPhone et iPad, tout en continuant dans le secteur micro-informatique avec les iMac et Macbook. Tous ces produits sont beaux, agréables à tenir, valorisants. Apple en a fait une force en les laissant à disposition de tous les visiteurs d'Apple Stores : chacun peut toucher, utiliser, désirer...

Une ombre au tableau cependant : l'Apple TV. La première version sortie il y a 3 ans n'a pas connu le même succès. Coûteux et pas très distinctif par rapport aux autres produits type disques durs multimédia, Apple doit également se construire une image dans le secteur de l'audiovisuel grand public. Mais l'entreprise ne s'avoue pas vaincue : Apple revient avec une nouvelle version de l'Apple TV. Avec beaucoup plus d'humilité, on laisse tomber l'aluminium pour du plastique, on oublie le disque dur, et on fait un design discret, noir, petit, apte à se faufiler discrètement parmi les périphériques gravitant autour de l'écran plat du salon. Le prix aussi, 119 euros, sait se faire discret.

Pour ce prix-là, vous aurez donc un processeur A4 du même type que celui de l'iPad, 8 Go de stockage flash et 256 Mo de RAM, des interfaces réseau et un port HDMI pour sortir du 720p, et un socle logiciel vous permettant d'accéder à la plateforme de streaming de contenus d'Apple. L'Apple TV cherche donc sa place au milieu des produits servant de passerelle pour l'accès aux contenus. Et il y a du monde dans ce secteur ! Les consoles de jeu de dernière génération comme la PS3 et la XBOX 360 proposent cela depuis longtemps déjà (Microsoft en fait d'ailleurs son arme anti-BluRay). Google s'y met également et déploie beaucoup de moyens avec sa Google TV, tout en se positionnant sur l'OS et la plateforme de contenus, et non sur l'équipement qu'il laisse aux autres (Logitech par exemple : voir ici).

Enfin, il ne faut pas oublier l'omniprésence des FAI dans les foyers, qui ont déjà su depuis longtemps implanter leurs "Box" et donner accès à la TV(HD), aux VOD et autres flux TV délinéarisés (émissions TV différées). L'objectif est également de se positionner comme le hub multimédia de la maison, mais une fois encore les concurrents n'ont pas attendu. La nouveauté proposée pour se distinguer s'appelle ici AirPlay, qui permet d'alimenter en contenus personnels la TV de manière intuitive, à partir d'un iPhone ou d'un iPad par exemple, sans connexion filaire.

Apple va donc devoir "la jouer fine", car le marché est bien occupé. Compter sur l'engouement des fanatiques de la marque ne sera clairement pas suffisant, même si cela aidera certainement. Apple a donc un sacré challenge à relever s'il souhaite que son produit survive honorablement dans ce milieu hostile, d'autant qu'il n'est pas toujours attendu comme le messie par les éditeurs de contenus (voir NBC qui refuse les locations à 99 cents d'Apple).

Alors, pensez-vous qu'Apple va encore donner une leçon de marketing à ses concurrents ?
Mis à jour le