TF1 va tester la publicité ciblée chez certains clients Bbox en fin d'année


TF1 va lancer des expérimentations de ciblage géographique pour l'affichage de publicités sur le replay MYTF1. Un test sera réalisé dans un premier temps sur un panel important de clients équipés de la Livebox d'Orange puis en fin d'année sur des clients dotés de la Bbox de Bouygues Telecom.


Fabrice Mollier (TF1 Publicité) se félicite de ce test : "Ce sera la première fois en France que l'on tente une géolocalisation en télévision, des outils que l'on connaît déjà bien sur le web". Les annonceurs pourront ainsi choisir de n'afficher leur publicité que dans certaines régions ou en fonction du code postal ou de l'adapter en fonction de critères socio-économiques : "Nous avons défini 11 segments comme les urbains aisés ou les pavillonnaires familiaux, couvrant plusieurs régions [...] On constate un fort intérêt des annonceurs". Exemple : un constructeur automobile pourra mettre en avant un modèle haut de gamme dans les beaux quartiers d'une grande ville et plutôt un monospace familial dans ses banlieues.


Ce marché publicitaire est très important car chaque mois, ce sont pas moins de 20 millions de Français qui consomment du replay et 12 millions de foyers (soit 47 %) sont équipes d'une box. Aujourd'hui, le chiffre d'affaires du replay représente moins de 10 % des revenus publicitaires de TF1 aussi le groupe ne se donne pas encore d'objectif chiffré : "C'est avant tout une expérimentation pour mieux comprendre la publicité adressée".

Fabrice Mollier explique : "A l'étranger, lorsque la géolocalisation est possible, elle apporte d'autres budgets, notamment de plus petits annonceurs qui n'iraient pas en télévision". En France, elle est interdite (sauf pour les déclinaisons locales de France 3). Barbara Steinert, de la régie de France Télévisions ajoute à ce sujet : "Aux Etats-Unis le marché de la pub adressable (ciblée) représente 4 % du marché pub TV et pourrait quadrupler en 2019, selon Magna Global".

France Télévisions et M6 réfléchissent également à de pareilles expérimentations d'ici 2017.

Source : Les Echos.
Created on