Bouygues Telecom dénonce les risques d'interférences entre 4G et TNT


Le 24 juin dernier Bouygues Telecom a saisi le Conseil d'Etat pour dénoncer les risques d'interférences entre la 4G et la TNT. En effet, il s'avèrerait que certains blocs de fréquences qui seront cédés par l'Etat sont proches de ceux utilisés pour la télévision numérique terrestre (800 MHz). L'opérateur précise que cela pourrait impacter environ 20 % des foyers français au risque de générer des "écrans noirs".

L'ordonnance du Paquet Télécoms a été modifiée au dernier moment par le Gouvernement afin d'y ajouter un article 44 qui décharge aux opérateurs la gestion des problèmes liés aux interférences éventuelles, leur incombant les frais occasionnés pour y pallier. Bouygues Telecom estime que ce coût pourrait se situer entre 500 millions et 1,7 milliard d'euros en plus du prix initial d'aquisition d'une licence 4G. L'opérateur juge donc ces dispositions illégales d'où son recours devant le Conseil d'Etat.


Dans sa lettre au Conseil d’Etat Bouygues Telecom affirme : "Il en résulte un niveau d'incertitude et d'indétermination qui ne permet pas aux opérateurs de faire acte de candidature à l'attribution des fréquences dans des conditions raisonnables de sécurité juridique".

Le ministre de l'Industrie et de l'Economie numérique, Eric Besson, conteste évidemment les chiffre de 20 % de foyers ainsi que des coûts générés dans les colonnes du Figaro. Il affirme également qu'un seul des quatre lots de fréquences mis aux enchères n'est concerné par ces perturbations. Il encourage enfin l'opérateur à n'enchérir que sur un des trois lots non concernés. Si cela est exact, qu'adviendra-t-il du dernier lot si celui-ci génère des frais supplémentaires conséquents à son aquéreur ?

Source : ZDNet.
Mis à jour le