Free condamné à payer 25 millions d'euros à Bouygues Telecom pour dénigrement


En décembre dernier nous vous annoncions que Bouygues Telecom portait plainte contre Free pour dénigrement et concurrence déloyale (voir notre article).


Bouygues Telecom reprochait, entre autres choses, au nouvel entrant d'utiliser les termes "pigeons", "escrocs", "vaches à lait" ou encore "voleurs" et réclamait près de 100 millions d'euros de dommages et intérêts (98,8 millions pour être précis).


Nous apprenons aujourd'hui de BFM Business que Free a été condamné aujourd'hui à payer 25 millions d'euros d'amende à Bouygues Telecom pour dénigrement. Le tribunal a de plus interdit à Free d'utiliser désormais certains mots dans ses futures communication, notamment  de qualifier de "pigeons" les clients de son rival sous astreinte de 100.000 € par infraction constatée.

Free avait également porté plainte de son côté contre Bouygues Telecom, pour la même raison de dénigrement, et a obtenu 5 millions d'euros d'amende. Free devra donc régler la différence à son concurrent, soit 20 millions d'euros.

Free a d'ores et déjà annoncé qu'il allait faire appel de cette décision.

Bouygues Telecom confirme la condamnation dans un communiqué de presse que nous venons de recevoir :

"Le Tribunal de Commerce de Paris a condamné ce jour Free et Iliad à réparer le préjudice subi par Bouygues Telecom du fait des pratiques de concurrence déloyale mises en oeuvre à son encontre.

Bouygues Telecom est satisfaite de la décision du Tribunal qui condamne les méthodes de communication de Free et lui interdit d'utiliser des termes dénigrants à l'encontre de Bouygues Telecom, sous astreinte de 100.000 €.

Le Tribunal a reconnu l'importance du préjudice subi depuis plus d'un an par Bouygues Telecom du fait du dénigrement systématique orchestré par Free en condamnant Free à 25 millions d'euros de dommages et intérêts.

Bouygues Telecom a été condamnée, pour quelques propos isolés tenus en réponse à la communication agressive et massive de Free, à 5 millions d'euros de dommages et intérêts.

La décision du juge rétablit les règles d'une concurrence saine et équitable qui devra se faire à travers la qualité des offres et services proposés par les opérateurs."

Sources : BFM Business, Le Figaro & Bouygues Telecom.

Created on