L'accord Bouygues Telecom/SFR comprend une itinérance 4G durant deux ans


L'ARCEP aurait rendu un avis critique sur l'accord de mutualisation des réseaux mobiles de Bouygues Telecom et SFR. En cause, des clauses d'itinérance 4G permettant à SFR de bénéficier du réseau et des fréquences (notamment 1.800 MHz) de Bouygues Telecom avec le risque d'une déstabilisation de la concurrence.


SFR a reconnu que l'itinérance 4G était bien inscrit dans l'accord signé le 31 janvier dernier et qu'il souhaitait pouvoir bénéficier provisoirement du réseau 4G de Bouygues Telecom durant deux ans, qui couvre déjà à ce jour 69 % de la population française, le temps d'achever de déployer le sien. "Un accord d'itinérance pourrait justifier le fait que SFR ne se presse pas plus que ça pour allumer des sites 4G" d'après un observateur du secteur.


Au 1er juin, SFR n'avait mis en service que 1.675 antennes 4G, soit à peine plus que Free (1.380) et quatre à cinq fois moins que Bouygues Telecom (6.083) ou Orange (6.393). Le risque de voir SFR rattraper son retard risquerait alors de déranger fortement Orange...


Aussi, l'Autorité de la concurrence, saisie par Orange il y a quelques mois à ce sujet (voir ici), pourrait désormais prendre des mesures conservatoires occasionnant alors la suspenssion des travaux de mutualisation entre les deux opérateurs, le temps d'examiner plus à fond leur accord, avec le risque d'une amende conséquente à la clé. Elle rendra sa décision en septembre.

Source : Les Echos.
Created on