Orange-Bouygues Telecom : des avancées concrètes mais craintes des salariés


Les discussions entre Orange et Bouygues Telecom se seraient accélérées en fin de semaine dernière pour leur éventuel mariage. A en croire le quotidien économique Les Echos, les chances de réussite seraient désormais importantes.

Une source proche du dossier indique qu'un accord serait même "quasi bouclé" avec Numericable-SFR et Free pour la rétrocession d'actifs (fréquences, réseaux, clients, boutiques...) de Bouygues Telecom, nécessaire pour obtenir l'aval de l'Autorité de la concurrence. Contrairement à ce qui avait été initialement envisagé, Free ne reprendrait plus de clients mobiles de son concurrent. C'est Stéphane Richard, le PDG d'Orange qui pilote en personne les discussions car les trois autres opérateurs ne s'adressent pas la parole.


Le dernier obstacle de taille serait donc la participation de Bouygues dans Orange, le premier ayant publiquement annoncé souhaiter entre 10 et 15 % de l'opérateur historique, tout en sachant que son objectif est de réussir à obtenir les 15 %, participation qu'il jugerait alors "très correcte". Rappelons que l'Etat contrôle actuellement 23 % du capital d'Orange dont 9,6 % via la BPI (Banque Publique d'Investissement).

En parallèle, un sondage a été effectué par le syndicat CFDT Bouygues Telecom auprès de 1.000 salariés environ. Il dévoile que 95 % des salariés de l'opérateur veulent être repris par Orange en cas de mariage avec ce dernier. Ils ne veulent ni de Free, ni de SFR.


Pour faire entendre leur voix, une délégation de la CFDT a été reçue lundi matin à Bercy. Azzam Adhab, délégué central, a tenté de faire passer un message : "Il ne faut pas que les salariés soient les oubliés de la consolidation [...] C'est important de venir expliquer la situation des salariés, qui continuent de travailler dur, malgré le contexte". Les salariés de Bouygues Telecom ne veulent pas être victimes du découpage de l'entreprise, qui pourrait être la conséquence de son rachat, or selon les scénarios étudiés dans les discussions actuellement en cours, ceux-ci pourraient être répartis entre Orange, SFR et Free. Azzam Adhab déclare à ce sujet : "On ne veut pas de montage en trompe l'oeil. Les modèles économiques de Free et SFR ne permettent pas de reprendre les salariés Bouygues Telecom".

Nous sommes désormais sur la dernière ligne droite, Orange et Bouygues Telecom s'étant fixé jusqu'au 31 mars prochain pour trouver un terrain d'entente à leur union.

Source : Les Echos (1 et 2).

[MàJ 16/03/16] En marge de son intervention lors du Show Hello, Stéphane Richard a déclaré que cette tentative de rapprochement était "un beau projet", qui se sera "gagnant-gagnant" avant de préciser que les négociations étaient "sur le point d'aboutir", même si de nombreux points restent encore à traiter réponse dans les 15 prochains jours.

[MàJ 17/03/16] Dans un nouvel article, le quotidien Les Echos croit savoir que Numericable-SFR serait prêt à proposer 4 milliards d'euros pour racheter une majeure partie des actifs de Bouygues Telecom, à savoir les clients fixe et mobile. De son côté, Free pourrait débourser environ 2 milliards d'euros pour des antennes et des fréquences.

[MàJ 30/03/16] D'après Europe 1, il serait convenu que Free reprenne le réseau des 550 boutiques Bouygues Telecom en cas de mariage entre ce dernier et Orange.

Mis à jour le