Bouygues Telecom renégocie les 35 heures pour les nouveaux arrivants


Bouygues Telecom est actuellement en discussions avec les syndicats concernant la réorganisation du temps de travail. Pour les nouveaux arrivants, l'opérateur souhaiterait en effet supprimer les jours de RTT dont bénéficient ses actuels salariés, pour les remplacer par une augmentation de salaire de 2 %.


A ce jour, aucun accord n'est encore signé car les propositions de Bouygues Telecom doivent être présentées aux instances représentatives du personnel à la rentrée. Pensant que les services dédiés à la relation client sont les plus menacés, Azzam Ahdab, délégué syndical central CFDT déclare : "La suppression des RTT, cela signifie à terme moins d'emplois", car il voit dans la conséquence de cet éventuel accord le non-remplacement des départs.


Le syndicat s'oppose donc à l'échange des 11 ou 23 jours de RTT (selon les catégories de salariés) pour une augmentation de salaire. Quant aux cadres, ils échangeraient 2 jours de RTT contre une hausse de 1,5 %. La CFDT s'inquiète également des difficultés qui pourraient découler dans la gestion des équipes où personne n'aurait vraiment le même nombre de jours de récupération.

D'après les sources du Figaro, cette réorganisation s'accompagnerait d'une révision à la baisse du nombre d'heures hebdomadaires qui pourrait passer de 39 à 37 heures pour certaines catégories bénéficiant d'un forfait/jour. Bouygues Telecom se veut toutefois rassurant : "A l'exception des cadres dirigeants, la mise en oeuvre de ce projet d'accord ne se fera que sur la base du volontariat des collaborateurs concernés".


Rappelons qu'en 2014, un plan de départ volontaire chez Bouygues Telecom a déjà occasionné la suppression de 1.400 postes (voir ici). D'autres départs seraient envisagés à l'avenir, mais dans les centres d'appels dont l'un des responsables explique sous l'anonymat : "Nous avons été informés d'une révision à la baisse des volumes d'appels à traiter dans les trois prochaines années". Il s'agirait d'une tendance chez les opérateurs télécoms qui souhaieraient digitaliser le traitement de la relation client, via par exemple, des bots (robots) capables de dialoguer avec les abonnés, comme ce qui se fait déjà chez Free, pour les questions les plus simples ou encore les prises de rendez-vous avec un technicien pour l'installation à domicile d'une box. Seules les questions plus complexes seraient alors traitées par des chargés de clientèle.

La start-up française Do You Dream Up, qui fabrique ces bots, prévoit une augmentation de 50 à 100 % des conversations gérées par ses outils d'ici 2017 et pense réaliser cette année un chiffre d'affaires de 1,6 million d'euros, en hausse de 50 % !


Pour être viable à long terme, le marché des télécoms à quatre opérateurs semble donc devoir imposer de sérieuses réorganisations... et sacrifices. SFR s'apprête d'ailleurs à supprimer pour sa part 5.000 postes d'ici 2017.

Source : Le Figaro (1, 2).
Mis à jour le