Plan de transformation chez Bouygues Telecom : aucun licenciement sec


Dans le cadre de sa restructuration dont l'objectif est d'économiser 300 millions d'euros, Bouygues Telecom avait annoncé la suppression de 1.404 emplois (voir ici), principalement dans l'informatique, le marketing, le réseau et les fonctions support. Renégocié à la baisse avec les partenaires sociaux, ce chiffre était rappelons-le, initialement de 1.516 personnes sur un total de 9.000 collaborateurs, soit 17 % des effectifs.


Hier, lors d'un comité central d'entreprise exceptionnel, la direction de Bouygues Telecom a annoncé aux représentants du personnel qu'elle n'ouvrirait finalement pas la phase de départs contraints de son plan social. A ce jour, ce sont donc 1.096 salariés qui ont déjà quitté l'opérateur dans le cadre du plan de départs volontaires plus 111 personnes qui ont été reclassées dans le groupe Bouygues et enfin 150 démissions entre l'annonce du plan et l'ouverte des départs volontaires, soit un total de 1.361 postes en moins.


Bernard Allain, secrétaire général de Force Ouvrière (syndicat majoritaire chez Bouygues) a déclaré : "Il restait 57 licenciements à effectuer", avant de se féliciter : "Il y a une très grande différence entre un départ choisi, et un licenciement contraint. C'est une sage décision [...] La direction de Bouygues Telecom s'est engagée à procéder à un reclassement local pérenne, y compris pour les postes en régions".


S'agissant des premiers licenciements de l'histoire du groupe Bouygues, Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom, avait insisté sur le fait que ce plan social était "un plan d'accompagnement privilégiant le volontariat et le reclassement interne".

Toujours dans le but de réaliser des économies, les salariés de Bouygues Telecom quitteront définitivement la Tour Sequana d'Issy-les-Moulineaux (92) pour le Technopôle de Meudon (92) en juin prochain (voir notre article).

Source : La Tribune.
Mis à jour le