Olivier Roussat détaille la transformation de Bouygues Telecom sur BFM Business


Ce lundi 18 mai dernier, Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom était l'invité de Delphine Liou sur BFM Business et a pu s'exprimer sur de nombreux sujets concernant son entreprise et le marché des télécoms.


Après avoir partagé ses opinions sur quelques sujets d'actualités à la demande de son hote, notamment sur l'importance du numérique en France et la disparition probable du CV anonyme, Olivier Roussat est longuement revenu sur le plan de transformation de Bouygues Telecom afin d'obtenir une structure de coûts la plus basse possible et d'avoir la capacité de se développer dans un stratégie de "stand alone" sur un marché avec 4 opérateurs. L'opérateur souhaite en effet pouvoir être prêt à faire face seul à une éventuelle guerre des prix et a rappeler l'importance à ses yeux des investissements futurs dans la 4G et la fibre optique.


Olivier Roussat a confirmé que la restructuration de grande ampleur réalisée en 2014 était terminée chez Bouygues Telecom, en rappelant que les structures en contact direct avec les clients (conseillers) avaient été épargnées et d'annoncer la fin du regroupement intégral depuis le week-end dernier des effectifs sur un "nouveau site" (Technopôle de Meudon) afin de pouvoir libérer la tour Sequana d'Issy-les-Moulineaux (top coûteuse). Ce site unique a permis de simplifier la manière de travailler. La simplification du portefeuille d'offres a également simplifié la gestion informatique des différents forfaits et autres options, autrefrois trop nombreux et trop complexes. Là encore, cela a abouti à une réduction importante des coûts.

Aujourd'hui terminée à près de 90 %, la migration des clients sur les nouvelles offres prendra fin courant du deuxième trimestre. Le retour positif de fait déjà ressentir avec un taux de désabonnement en baisse grâce à la promesse de toujours bénéficier dans le futur des évolutions des forfaits sans surcoût pour le client.

Le PDG de Bouygues Telecom est ensuite revenu sur la récente présentation des résultats du premier trimestre et confirme l'intention d'un retour à un cash-flow libre positif en 2016 grâce à la croissance de la base clients. L'objectif visé est de gagner 1 million d'abonnés supplémentaires dans le mobile et le même nombre dans le fixe d'ici à fin 2017.


Quelques chiffres concernant l'importance de la 4G chez Bouygues Telecom ont été rappelé : à ce jour 36 % des clients Mobile utilisateurs de la 4G en France sont chez l'opérateur contre 13 % au même trimestre de 2014. Olivier Roussat pense que d'ici fin 2015, ce chiffre grimpera à 50 % et de rappeler que Bouygues Telecom enregistre la consommation de 4G la plus élevée du marché grâce à une couverture réseau très importante et qui passe plus facilement à l'intérieur des bâtiments avec le choix stratégique de réutiliser la fréquence 1.800 MHz pour la 4G. Nous apprenons au passage que le taux de désabonnement des utilisateurs de l'ultra-haut débit mobile est d'ailleurs plus faible que pour les autres clients.

L'ouverture prochaine des enchères pour l'attribution des fréquences 700 MHz pour la 4G a été abordée et notamment du choix de l'ARCEP de pas réserver de lot spécifique pour Free. Bouygues Telecom sera bien évidemment candidat pour en acquérir un. La mécanique des enchères n'étant pas encore dévoilé par le gendarme des télécoms, Olivier Roussat n'a donc pu dévoiler sa stratégie à ce sujet.


Le sujet de la fibre optique a ensuite été abordé. Jusqu'à récemment, Bouygues Telecom ne s'était pas réellement investi dans cette technologie tant la qualité de l'ADSL convenait à satisfaire la plupart des clients. Il ne compte en effet pour le moment que 100.000 abonnés en FTTH. L'arrivée de la 4G et les besoins de débits sont tels que cela pousse les clients à vouloir bénéficier de la fibre. Bouygues Telecom avait malgré tout déjà sécurisé 6,5 millions de prises en FTTH à horizon 2020 et a donc désormais la volonté d'aller encore plus loin en essayant d'aller jusqu'à 10 millions de prises sécurisées (qui lui sont accessibles) à l'horizon 2018/2019. L'opérateur pense que la fibre optique est le marché de demain.

Bouygues Telecom s'est positionné comme co-investisseur avec Orange pour déployer la fibre en zones moyennement denses, il le fait déjà en propre dans les zones très denses. L'opérateur souhaite là encore proposer des offres tarifaires très agressives comme c'est déjà le cas avec les offres ADSL à 19,99 €/mois (standard) et 25,99 €/mois (premium).

Interrogé une nouvelle fois sur la vente possible de Bouygues Telecom, Olivier Roussat a rappelé avec le sourire à Delphine Liou que l'opérateur n'était pas à vendre, comme l'a assuré Martin Bouygues, son actionnaire majoritaire, et de rappeler pour conclure que la restructuration lancée l'année dernière avait justement pour objectif de construire une entreprise différente pour vivre durablement dans un marché à 4 acteurs : "On a vraiment repris notre destin en mains".

Vous pouvez découvrir cet entretien en intégralité dans la vidéo ci-dessous.

Source : BFM Business.

Mis à jour le