Bouygues Telecom mise sur la 4G pour rebondir après une année 2012 difficile


Dans un entretien accordé au journal Le Figaro, Olivier Roussat, directeur général de Bouygues Telecom revient sur les faits marquants de l'année 2012 qui ont conduit à l'annonce d'une perte de 16 millions d'euros au troisième trimestre pour la première fois en dix ans.


Il reconnait que l'arrivée de Free Mobile a occasionné pour Bouygues Telecom, comme pour ses concurrents, un bouleversement complet du secteur des télécoms dans l'hexagone. Son entreprise a réagi dès le mois de mars par une adaptation des offres et l'annonce d'un plan de réduction des coûts de 300 millions d'euros (voir notre article). Olivier Roussat revient également sur le lancement en juin de la nouvelle Bbox Sensation, vraie innovation technologie à ses yeux et rappelle que les offres mobiles sans engagement B&YOU sont un véritable succès. Côté économies, il annonce avoir vendu pour 250 millions d'euros d'actifs : pylônes (voir ici), data centers et immobilier. Le plan de départs volontaires touchant 556 postes arrive quant à lui à son terme. L'ensemble de ces actions auraient permis de s'adapter rapidement au nouvel environnement du secteur.


Concernant l'arrivée prochaine de la 4G, Olivier Roussat déclare qu'elle apportera un vrai plus aux clients de Bouygues Telecom grâce à une vitesse et un confort de surf équivalent à la fibre avant de reconnaître que l'accès à cette nouvelle technologie se traduira par une tarification spécifique, comprenez plus élevée. Après la course aux bas tarifs sur les abonnements actuels, la 4G devrait permettre de créer de la valeur, essentiel selon lui "à la santé des entreprises du secteur et donc, pour l'investissement et pour l'emploi".


Face à ses concurrents Orange et SFR qui ont lancé officiellement la 4G, Bouygues Telecom est également prêt. L'opérateur attend l'autorisation des pouvoirs publics afin de proposer la 4G à ses clients dès le premier trimestre 2013 en réutilisant la bande de fréquences des 1.800 MHz (voir notre article), utilisée actuellement pour la 2G. Olivier Roussat rappelle que cette pratique est autorisée et encouragée par la Commission européenne et s'avoue très confiant "dans le fait que le régulateur et le gouvernement prendront cette décision au début de l'année 2013". Si Bouygues Telecom venait à obtenir cette autorisation, il envisagerait alors le recrutement de 200 personnes pour ses centres d'appels propres et probablement autant dans les centres d'appels de ses prestataires, tous situés en France. En réponse au Figaro qui trouve cette annonce de recrutement contradictoire avec le plan de départs volontaires, Olivier Roussat précise que ce dernier ne concernait pas les centres d'appels et d'ajouter : "La 4G, avec tous ses nouveaux usages, va créer un besoin d'explication et d'information pour nos clients. Nous aurons besoin de renforcer nos équipes de conseillers".


On le sait, Orange et SFR sont contre cette réutilisation des fréquences 1.800 MHz pour la 4G, car tous deux les sous-louent à des MVNO ou à Free Mobile dans le cas de l'opérateur historique. Ils ne peuvent donc abandonner la 2G au profit de la 4G contrairement à Bouygues Telecom. Olivier Roussat rappelle pourtant qu' "Orange a plus de sites équipés en 1.800 MHz que Bouygues Telecom. Nous demandons simplement au régulateur français ce qu'Orange a obtenu du régulateur britannique pour sa filiale anglaise, il y a quelques mois". Free Mobile ne diposant pas de fréquences 1.800 MHz, Bouygues Telecom se dit au passage clairement prêt à lui en céder.

Olivier Roussat justifie au passage son action en justice vis à vis du nouvel entrant : "Cette action répond à ce que nous considérons être une campagne de dénigrement systématique et réitérée. Nous demandons réparation de ce préjudice".


Le Figaro aborde la lourde amende à laquelle Orange vient d'être condamné (voir notre article), ce dernier ayant reproché publiquement à Bouygues Telecom sa préférence des procès plus qu'aux innovations. Olivier Roussat rétorque que son entreprise n'a "de leçons à recevoir de personne en matière d'innovation" avant de rappeler que Bouygues Telecom a été l'inventeur du forfait mobile, des offres quadruple play avec ideo et des offres mobiles sans engagement dès juillet 2011 avec B&YOU avant de citer la Bbox Sensation "qui n'a pas à pâtir des comparaisons" et le récent lancement du service B.duo permettant de disposer de 2 lignes mobiles avec une seule SIM.


Enfin, à la réponse du quotidien concernant la plainte de Martin Bouygues auprès des députés dénonçant le contrat d'itinérance entre Free et Orange (voir ici), Olivier Roussat dit attendre l'avis de l'Autorité de la concurrence sur ce sujet qui a été saisie par le gouvernement.

Retrouvez l'interview complète d'Olivier Roussat en page 30 du numéro 21.267 du Figaro, daté du lundi 17 décembre 2012 et disponible chez tous les buralistes pour 1,50 €.

Source : Le Figaro.

Created on