Bouygues Telecom et SFR signent un avenant à leur contrat de mutualisation


Vendredi dernier, Bouygues Telecom et SFR ont semble-t-il signé un avenant au contrat de mutualisation de leurs réseaux mobiles respectifs initialement conclu le 31 janvier 2014 afin de valider le réajustement du design des réseaux partagés.

Au moment de la signature de l'accord initial, les deux opérateurs ne disposaient pas encore de toutes les données nécessaires pour définir précisément la mutualisation, comme le confirme l'un d'eux : "Il y a beaucoup d'informations sur nos réseaux respectifs que nous avons pu échanger seulement après la signature, et qui ont par conséquent modifié, à la marge, l'architecture du partage. On sait désormais comment placer de façon la plus judicieuse les pylônes pour assurer la bonne couverture et densifier un peu plus le réseau".


Désormais, la mutualisation va pouvoir entrer dans une nouvelle phase, celle des travaux. Bouygues Telecom et SFR devraient signer le bail pour la création d'une société commune dans les prochains jours. Elle aura à charge de gérer le patrimoine de sites partagés et d'optimiser son fonctionnement.

La concrétisation de ce vaste réseau commun (sur une zone correspondant à 57 % de la population et plus de 80 % du territoire) prendra évidemment un peu de temps car elle implique notamment le démontage d'une partie des antennes en double. A terme, le réseau commun devrait totaliser 11.500 antennes contre 18.500 pour Bouygues Telecom et SFR réunis, soit 7.000 de moins. Pour les sites en doublon, ce sont les plus intéressants et mieux placés qui seront conservés. Seules les zones peu denses seront concernées.


Comme cela avait déjà été précisé, chaque opérateur conservera une capacité d'innovation autonome ainsi qu'une indépendance commerciale et tarifaire totale, et continuera de proposer des services différenciés grâce à la maîtrise de son coeur de réseau et de ses fréquences.

Dévoilé à l'été 2013 puis signé en janvier 2014, cet accord de mutualisation a pris du retard dans sa mise en oeuvre suite au rachat en cours de SFR par Numericable, le plan de transformation de Bouygues Telecom et la plainte d'Orange, débouté le mois dernier.


Reste désormais quelques détails financiers à régler, notamment du fait que Bouygues Telecom cherche à modifier en partie les termes financiers de l'accord car il dispose d'un réseau 4G bien plus vaste que SFR. Sur ce point, Eric Denoyer, DG de Numericable-SFR se veut rassurant : "Des accords vont être annoncés rapidement sans remettre en cause le contrat. Des ajustements vont être faits, mais je suis très confiant".

Source : Les Echos.
Mis à jour le