Olivier Roussat : ''Bouygues Telecom a repris son avenir en main''


Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Telecom, a été interviewé par Le Figaro à l'occasion de la présentation des résultats financiers du premier trimestre de l'opérateur.


Dans cet entretien, il a confirmé que la stratégie mise en place par son entreprise commençait à porter ses fruits avec notamment un gain pour cette période de l'année de 152.000 clients mobile et 96.000 dans le fixe (voir ici). Pour les six derniers trimestres, Olivier Roussat annonce un gain de près de 600.000 abonnés dans le fixe, grâce en grande partie, à l'offre Bbox à 19,99 €/mois. Cette reconquête de clients a été réalisée malgré une baisse drastique des coûts de plus 800 millions d'euros par rapport à 2011. Le but visé est un retour à un cash-flow positif en 2016.


Le pari de la 4G a permis à Bouygues Telecom de créer de la valeur avec l'augmentation des usages, car aujourd'hui 36 % de ses clients ont opté pour le très haut débit mobile. Ils consomment 2,2 Go/mois en moyenne, soit deux fois plus de données en mobilité que les autres clients. La stratégie de l'opérateur est donc de recréer de la valeur par le développement des usages et donc de générer des marges, indispensables pour financer les investissements et développements nécessaires.


Concernant la fibre optique, Olivier Roussat a rappelé disposer à fin mars de 1,5 million de prises avec comme objectif d'en détenir 2 millions d'ici à la fin de l'année (voir là). Bouygues Telecom co-investit pour cela avec Orange sur la technologie FTTH, la meilleure pour le très haut débit fixe d'après l'opérateur.

Il confirme ensuite que Bouygues Telecom est évidemment intéressé par les fréquences 700 MHz qui seront prochainement mis aux enchères, du fait de l'explosion des usages d'Internet en mobilité. Olivier Roussat se veut confiant dans la capacité du régulateur (ARCEP) à définir un cadre sécurisant pour l'attribution de ces fréquences, non seulement avec l'extinction rapide de l'itinérance de Free sur le réseau Orange mais également dans l'équité des conditions d'attributions pour chacun des opérateurs.


"Bouygues Telecom a repris son avenir en main et s'est engagé pour continuer seul" déclare Olivier Roussat, en affirmant apporter de véritables ruptures sur le marché : 4G et son évolution 4G+ ainsi que l'ultra-haut débit mobile avec des débits de plus de 300 Mbit/s dès le mois de septembre (voir notre article), mais également le réseau LoRa dédié à l'Internet des objets qui ouvrira en juin (voir ici), sans oublier le lancement en mars dernier de la Bbox Miami sous Android. Il rappelle enfin que comme l'avait annoncé Martin Bouygues lors de la dernière assemblée générale, Bouygues Telecom n'est pas à vendre.


A la question concernant l'avancement de la couverture des zones blanches, Olivier Roussat a confirmé avoir entendu la demande fortes des élus relayée par le Ministre de l'économie, Emmanuel Macron, et assure que Bouygues Telecom prendra ses responsabilités tout en souhaitant que les efforts d'investissement soient équitablement repartis entre les quatre opérateurs. Sur ce sujet, il avoue avoir bon espoir qu'une solution émerge rapidement.


Enfin, concernant les restructurations chez Bouygues Telecom, Olivier Roussat a déclaré que le plan de départs "est derrière nous" et que "la page est tournée" avant de conclure avec le transfert du siège dans les locaux du technopôle de Meudon : "Notre déménagement à Meudon est un symbole : 3.000 collaborateurs d'Ile-de-France sont regroupés sur un même lieu. C'est à la fois un retour aux sources et un nouveau départ pour l'entreprise".

Source : Le Figaro.

Mis à jour le