Des suppressions de postes seront confirmées mercredi par Bouygues Telecom


Le mois dernier les syndicats indiquaient craindre une suppression de 1.500 à 2.000 postes chez Bouygues Telecom suite à l'échec du rachat de SFR, soit près de 23 % des effectifs qui en compte actuellement 9.000 (voir ici). Même si cette information n'avait pas été confirmée par l'opérateur, Eric Haentjens, le directeur financier de Bouygues Telecom avait cependant reconnu qu' "il y aura des conséquences sociales, mais il est encore trop tôt pour évoquer précisément des chiffres".


Les résultats en matière de 4G n'ayant pas été à la hauteur des espérances de l'opérateur, notamment à cause de l'intégration de la 4G par Free Mobile dans ses forfaits sans surcoût en décembre dernier et ce malgré un réseau naissant, Bouygues Telecom a ainsi connu une perte opérationnelle de 19 millions d'euros au premier trimestre. Comme l'a déclaré Olivier Roussat mercredi dernier devant la commission des affaires économiques du Sénat, "l'entreprise doit donc se réformer pour changer de modèle, car il n'est pas possible de vivre durablement avec des résultats négatifs".


Bouygues Telecom souhaite donc une nouvelle fois réduire ses coûts de fonctionnement, afin de pouvoir continuer à exister dans un marché des télécoms à quatre opérateurs, ce qui passera notamment par une rationalisation de ses offres, trop nombreuses à ce jour mais également par une réduction d'effectifs : "Nous avons décidé d'économiser 300 millions supplémentaires par an, après avoir réduit nos coûts de fonctionnement de 600 millions en deux ans. Notre objectif est d'économiser un milliard par an d'ici trois ans : c'est énorme, pour un chiffre d'affaires de 4 milliards. En outre, nous ne bénéficions pas de l'itinérance, ce qui nous oblige à maintenir l'investissement pour développer notre réseau. Dans ces conditions, nous devons réduire de façon drastique nos dépenses. Nous l'avons dit lors de notre comité central d'entreprise (CCE) il y a quinze jours. Un comité exceptionnel se réunira le 11 juin : nous annoncerons des réductions d'emplois, condition pour continuer à vivre dans un monde à quatre opérateurs" a annoncé Olivier Roussat à la commission.


Un syndicaliste cité dans Challenges indique "Nous n'avons pas encore le nombre des suppressions de postes, mais on s'attend tous à un chiffre autour de 1.000", pensant que les 1.500 à 2.000 réductions de postes évoquées sont "des rumeurs".

Bernard Allain, délégué central FO précise également que "Ce que nous allons négocier ensuite, ce sont les mobilités en interne et des reclassements groupe. Ce ne seront pas des licenciements secs, les gens ne se retrouveront pas à Pôle emploi" qui estime que le groupe Bouygues a les moyens "de reclasser un maximum les personnes".

Rappelons qu'en 2012, dans le cadre d'un précédent plan d'économies, Bouygues Telecom avait déjà annoncé le départ volontaire de 556 salariés.

Les craintes des syndicats vont donc se confirmer en partie, et nous devrions en savoir ce mercredi 11 juin. Bouygues Telecom semble malgré tout bien décidé à se battre avec comme objectif de regagner des clients. Il devrait pour cela dévoiler de nouvelles offres dans les prochaines semaines. Le dépôt de nouvelles marques (voir notre article) en annonce d'ailleurs les prémices.

Sources : Sénat & Challenges.

[MàJ 10/06/14] Ajout des interventions des représentants syndicaux parues dans Challenges.

[MàJ 11/06/14] Bouygues Telecom a annoncé un plan de transformation avec réduction de 1.516 postes, tous les détails en cliquant ici.

Mis à jour le